La performance: 3 mythes insupportables

(677 mots)

Malgré les conseils prodigués ici et là par des professionnels, certains mythes s’avèrent tenaces en ce qui concerne la performance.

La performance est un enjeu important pour nos sites. Je m’adresse aux blogueurs, a fortiori aux blogueurs professionnels qui monétisent leurs contenus : optimisez le temps de chargement de vos pages ! Pour prendre l’exemple de ce blog, j’ai axé mon optimisation sur le thème, le .htaccess, le cache, etc… et pourtant je le trouve encore long à la détente ! Pour autant, je ne pense pas avoir exploré encore toutes les possibilités mais il y a des limites à l’optimisation.

Je ne travaille pour l’instant que sur des outils gratuits et je peux vous assurer que l’on se retrouve limité à un moment ou un autre. On ne rattrapera pas les performances de blogs hébergés sur serveurs dédiés qui s’offrent des services de CDN tiers performants, etc. Et c’est assez logique non ? Il ne manquerait plus que le contraire !

Donc suivant vos objectifs, il vous faudra investir plus ou moins, sachant qu’il y a parfois des coûts cachés plus importants que ceux entraînés par une optimisation professionnelle. En attendant, on va essayer de démystifier un peu le sujet pour partir sur de bonnes bases.

Mythe n°1 : L’optimisation par accumulation

S’il existe un certain nombre de leviers pour améliorer la performance d’un site, encore faut-il savoir les combiner. J’ai réalisé de nombreux tests ces dernières semaines et ce que j’en retiens est qu’il est essentiel d’ajuster finement ses réglages sous peine de ralentir considérablement son site.

Il existe de très bon tutoriels que ce soit sur des blogs anglosaxons ou francophones mais n’espérez pas améliorer votre performance en les accumulant de manière brute. Avec WordPress, on peut faire beaucoup mais attention aux interactions qui peuvent dégénérer en conflits !

Et charité bien ordonnée… commence par soi-même. Ce commentaire de Philippe vous montre un cas concret avec un code performant qui s’insère bien dans le .htaccess mais qui peut s’avérer problématique dès lors que l’on va rajouter un plugin de cache comme W3 Total Cache. Pourquoi? Parce que le plugin rajoute des règles dans le .htaccess lors de son installation.

Mythe n°2: le nombre de requêtes !

Un nombre de requêtes en soi ne veut strictement rien dire. Quand on parle de limiter ce nombre, on cible les requêtes inutiles pas le nombre en lui-même. Ce glissement sémantique peut donc induire en erreur.

Mythe n°3 : les codes courts c’est bien mieux !

Que nenni ! En une ligne on peut faire mouliner un blog alors que l’addition de 3 pages de code pourra très bien ne pas avoir d’influence sur le temps de chargement des pages.

Cela sonnera comme une évidence aux oreilles de certains mais ce mythe est très ancré, du moins plus que l’on ne le croit.

Conclusion

Pour choisir ses plugins, l’on pourra consulter cet article, en ce qui concerne la performance, son optimisation requiert de nombreux tests, et des ajustements fréquents. Je dirais même qu’optimiser la performance c’est optimiser l’utilisation des différents leviers d’action sur la performance.

Disclaimer

TweetPress.fr est pris en exemple mais n’est pas le modèle ultime de la performance, loin s’en faut! Par ailleurs, les scores sur les testeurs en ligne sont à relativiser car ils peuvent varier suivant certains paramètres.

MAJ : 11/04/2013

La solution de cache de @GeekPressFR arrache ! On se croirait  en localhost ! Allez-y c’est disponible à cette adresse. Vous pourrez même télécharger toutes les sources moyennant une somme VRAIMENT dérisoire par rapport au travail fourni.

Dans la même veine, tu peux aussi lire :

Les commentaires sont fermés.